Julius Evola

LÉGIONNARISME ASCÉTIQUE
(rencontre avec le chef des "Gardes de fer" - Bucarest, mars)

Rapidement notre auto laisse derrière elle cette chose curieuse qu'est la Bucarest du centre: un ensemble de petits gratte-ciel et d'édifices très modernes, essentiellement de type "fonctionnel", avec des devantures et des magasins d'un style entre le parisien et l'americain, le seul élément exotique étant les fréquents chapeaux d'astrakan des agents et des bourgeois. Nous atteignons la station du Nord, nous prenons une poussiéreuse route provinciale longée de petits édifices du type de ceux de l'ancienne Vienne, qui mène en droite livoiture tourne brusquement à gauche, prend un chemin de campagne, s'arrête face à un édifice presqu'isolé parmi les champs: c'est la "Maison Verte", résidence du Chef des "Gardes de Fer" roumains.

"Nous l'avons construite avec nos propres mains", nous disent avec un certain orgueil les légionnaires qui nous accompagnent. Intellectuels et artisans se sont associés pour bâtir la résidence de leur chef, presque aus sens d'un symbole et d'un rite. Le style de la construction est roumain: des deux côtes, elle se prolonge par une espèce de portique, au point de donner l'impression d'un cloître.

Nous entrons, nous montons au premier étage. Vient à notre rencontre un homme jeune, grand et élancé, en tenue sportive, avec un visage ouvert et qui donne immédiatement une impression de noblesse, de force et de loyauté. C'est justement Corneliu Codreanu, chef de la Garde de Fer. Son type est spécifiquement aryo-romain: il semble une réapparition de l'ancien monde aryo-italique. Tandis que ses yeux gris-bleus expriment la dureté et la froide volonté propres aux Chefs, il y a simultanément, dans l'ensemble de l'expression, une note particulière d'idéalisme, d'intériorité, de force, de compréhension humaine. Même sa façon de converser est caractéristique: avant de répondre, il semble s'absorber en lui-même, s'éloigner, puis, tout à coup, commence à parler, s'exprimant avec une précision presque géométrique, en phrase bien articulées et organiques.

"Après toute une phalange de journalistes, de toutes nations et couleurs, qui ne savent me questionner sur rien d'autre que ce qui est lié à la politique la plus contingente, c'est la première fois, et je le note avec satisfaction " dit Codreanu, "que vient chez moi quelqu'un intéresse, avant tout, à l'âme, au noyau spirituel de mon mouvement. J'ai trouvé une formule pour contenter ces journalistes et leur dire un peu plus que rien, à savoir: nationalisme constructif.

"L'Homme se compose d'un organisme, c'est-à-dire d'une forme organisée, puis de forces vitales, puis d'une âme. On peut en dire de même pour un peuple. Et la construction nationale d'un Etat, bien qu'elle reprenne naturellement ces trois éléments, peut surtout subir, cependant, et pour des raisons de qualification diverse et d'hérédité différente, les mouvements d'un de ces éléments.

"Selon moi, dans la mouvement fasciste prédomine l'élément Etat, qui correspond à celui de la forme organisée. Ici parle la puissance formatrice de la Rome antique, maîtresse du droit et de l'organisation politique, dont l'Italien est le plus pur hériter. Dans le national-socialisme est au contraire mis en relief ce qui se rapporte aux forces vitales: la race, l'instinct de la race, l'élément ethnico-national. Dans le mouvement légionnaire roumain, l'accent est surtout mis sur ce qui, dans un organisme, correspond à l'élément âme: sur l'aspect spirituel et religieux.

"De là vient la caractéristique des différents mouvements nationaux, pour autant qu'à la fin ils comprennent tous ces trois éléments et n'en négligent aucun. Le caractère spécifique de notre mouvement nous vient d'une lointaine hérédité. Déja Hérodote appelait nos pères: 'Les Daces Immortels'. Nos ancêtres géto-thraces avaient foi, avant même le christianisme, en l'immortalité et l'indestrucibilité de l'âme, ce qui prouve leur orientation vers la spiritualité. La colonisation romaine a ajouté à cet élément l'esprit romain d'organisation et de forme. Tous les siècles suivants ont désagrégé notre peuple et l'ont rendu misérable: mais tout comme chez un cheval malade et frustre on peut reconnaître aussi dans le peuple roumain d'hier et d'aujourd'hui les éléments latents de cette double hérédité.

"Et c'est cette héredité que le mouvement légionnaire veut réveiller "continue Codreanu". Il part de l'esprit: il veut créer un homme spirituellement nouveau. Une fois cette tâche réalisée comme 'mouvement', le réveil de la seconde hérédité nous attend, c'est-à-dire celui de la force romaine politique formatrice. Ainsi, l'esprit et la religion sont pour nous le point de départ, le 'nationalisme constructif' est le point d'arrivée, une simple conséquence. L'éthique simultanément ascétique et héroïque de la 'Garde de Fer' consiste à réunir l'un et l'autre point."

Nous demandons à Codreanu quel est le rapport de la spiritualité de son mouvement avec la religion chrétienne orthodoxe. Voici sa réponse:

"En général, nous tendons à vivifier sous la forme d'une conscience nationale et d'une expérience vécue ce qui, dans cette religion, trop souvent sést momifié et est devenu le traditionalisme d'un clergé somnolent. De plus, nous nous trouvons dans des conditions favorables du fait qu'est étranger à notre religion, nationalement articulée, le dualisme entre foi et politique et qu'elle peut nous fournir des éléments éthiques et spirituels sans s'imposer comme une entité cependant politique. De notre religion, le mouvement des Gardes de Fer reprend ensuite une idée fondamentale: celle de l'¦cuménicité. Ceci est le dépassement positif de tout internationalisme et de tout universalisme abstrait et rationaliste. L'idée ¦cuménique est celle d'une societas comme unité de vie, comme organisme vivant, comme un 'vivre' ensemble non seulement avec notre peuple, mais aussi avec nos morts et avec Dieu. L'actualisation d'une idée semblable sous la forme d'une expérience effective est au centre de notre mouvement; politique, parti, culture, etc., ne sont pour nous que conséquences et dérivations. Nous devons revivifier cette réalité centrale, et rénover par cette voie l'homme roumain, pour agir ensuite et construire aussi la nation et l'Etat. Pour nous, un point particulier est que la présence des morts de la nation ¦cumenénique n'est pas abstraite, mais réelle: des nos morts et surtout de nos héros. Nous ne pouvons nous séparer d'eux; comme des forces devenues libres de la condition humaine, ils pénètrent et soutiennent notre vie la plus haute. Les légionnaires se réunissent périodiquement par petits groupes, appelés 'nids'. Ces rassemblements suivent des rites spéciaux. Celui par lequel s'ouvre chaque réunion est l'appel à tous nos camarades tombés, auquel les participants répondent par 'Présent!'. Mais ceci n'est pas pour nous simple cérémonie et une allégorie, mais au contraire une évocation réelle.

"Nous distinguons l'individu, la nation et la spiritualité transcendante", continue Codreanu, "et dans la vocation héroïque nous considérons ce qui mène de l'un à l'autre de ces éléments, jusque'à une unité supérieure. Nous nions sous toutes ses formes le principe de l'utilité brute et matérialiste: non seulement sur le plan de l'individu, mais aussi sur celui de la nation. Au-delà de la nation, nous reconnaissons des principes éterneles et immuables, au nom desquels on doit être prêt à combattre, à mourir et à tout subordonner, avec au moins la même décision qu'au nom de notre droit de vivre et de défendre notre vie. La vérité et l'honneur sont, par exemple, des principes métaphysiques, que nous mettons plus haut que notre nation elle-même."

Nous avons ppris que le caractère ascétique du mouvement des Gardes de Fer n'est pas générique, mais aussi concret et pour ainsi dire pratiqué. Par exemple, est en vigueur la règle du jeûne: trois jours par semaine, 800 000 hommes environ pratiquent le dénommé 'jeûne noir', c'est-à-dire l'abstinence de toute sorte de nourriture, boisson et tabac. De même, la prière a une part importante dans le mouvement. En plus, pour le corps d'assaut spécial qui porte le nom des deux chefs légionnaires tombés en Espagne, Mosa et Marin, est en vigueur la règle du célibat. Nous demandons à Codreanu qu'il nous indique le sens précis de tout cela. Il semble se concentrer un moment, puis répond:

"Il y a deux aspects, pour la clarification desquels il faut avoir présent à l'esprit le dualisme de l'être humain, composé d'un élément matériel naturaliste et dún élément spirituel. Quand le premier domine le second, c'est l''enfer'. Tout équilibre entre les deux est chose précaire et contingente. Seule la domination absolue de l'esprit sur le corps est la condition normale et la prémisse de toute force vraie, de tout héroïsme véritable. Le jeûne est pratiqué par nous parce qu'il favorise une telle condition, affaiblit les liens corporels, encourage l'autolibération et l'auto-affirmation de la volonté pure. Et quant à cela s'ajoute la prière, nous demandons que les forces d'en haut súnissent aux nôtres et nous soutiennent invisiblement. Ce qui conduit au second aspect: c'est une superstition que de penser que dans chaque combat seules les forces matérielles et simplement humaines sont décisives; entrent en jeu au contraire également les forces invisibles, spirituelles, au moins aussi efficaces que les premières. Nous sommes conscients de la positivité et de l'importance de ces forces. C'est pour cela que nous donnons au mouvement légionnaire un caractère ascétique précis. Dans les anciens ordres chevaleresques aussi était en vigueur le principe de la chasteté. Je relève toutefois qu'il est chez nous restrient au Corps d'Assaut, sur la base d'une justification pratique, c'est-á-dire que pour celui qui doit se vouer entièrement à la lutte et ne doit pas craindre la mort, il est bien de ne pas avoir d'empêchements familiaux. Du reste, on reste dans se corps seulement jusqu'à 30 ans révolus. Mais, en tout cas, demeure toujours une position de principe: il y a d'un côté ceux yui ne connaissent que la 'vie' et qui ne cherchent par conséquent que la prosperité, la richesse, le bien-être, l'opulence; de l'autre, il y a ceux qui aspirent à quelque chose de plus que la vie, à la gloire et à la victoire dans une lutte tant intérieure qu'extérieure. Les Gardes de Fer appartiennent à cette seconde catégorie. Et leur ascétisme guerrier se complète par une dernière norme: par le voeu de pauvreté auquel est tenu l'élite des chefs du mouvement, par les préceptes de renoncement au luxe, aux divertissements creux, aus passetemps dits mondains, en somme par l'invitation à un véritable changement de vie que nous faisons à chaque légionnaire."

(publie une premiere fois dans: Il Regime Fascita, 22.3.1938; premiere publication de cette traduction francaise: Totalite, n.2, 1977)



Эвола

Библиотека традиционалиста | Арктогея | Ариес |Милый ангел | Вторжение | Элементы | Новый Университет

Конец мира | Каталог "Арктогеи" | FINIS MUNDI | Статьи Дугина | Книги Дугина | Поэзия | Артгалерея